Présentation de la CCHLeM

Un nom pour la nouvelle collectivité
«Haut Limousin en Marche»
Les maires de chacune des communes se sont réunis
en octobre 2016 et ont choisi le nom de la future
collectivité, en référence à la Marche, territoire
historique.
Le choix du nom a été acté dans l’arrêté préfectoral
portant création de la nouvelle entité du 1er janvier
2017.

Question de compétences
Depuis janvier 2017, la communauté de communes s’est élargie, passant de 17 communes à 43 et de quelque 13 000 habitants à 24 000 habitants. Autant dire que la configuration est totalement différente d’autant plus que les trois anciennes communautés de communes ont dû travailler dans l’urgence l’harmonisation de leurs compétences et toutes les conséquences qui en découlent. Dans le même temps, une nouvelle manière de travailler s’est imposée aux élus pour que chacun trouve sa place, qu’aucune commune ne soit délaissée et que les personnels ne soient pas lésés.
Après neuf mois d’adaptation, portée par une volonté inébranlable de relever ces défis, la Communauté de Communes du Haut-Limousin en Marche (CCHLeM) allait enfin pourvoir mettre en route ses projets structurants.
C’était sans compter sur une dernière complication liée à une loi du 29 décembre 2016 qui impose de nouvelles règles en termes de compétences et, par conséquent, les financements qui en découlent.
Le 13 novembre dernier, les élus de la CCHLeM ont confirmé les compétences qui la concernent et approuvé les statuts avec cinq compétences obligatoires et autant optionnelles auxquelles s’ajoutent quelques compétences supplémentaires, préservant ainsi l’octroi de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) bonifiée.
Chaque commune devra maintenant approuver les statuts.

Les communes